Camille Auguste GASTINE (1819 – 1867)

Etude de tigre

Pierre noire sur papier chamois

Camille Auguste Gastine commença sa formation artistique à l’âge de dix-sept ans. En 1842, il fut reçu à l’Ecole des Beaux-arts de Paris, où il entra l’année suivante dans l’atelier de Paul Delaroche (1797 – 1856). Il exposa pour la première fois au Salon en 1844 ; la même année, il effectua un voyage de plusieurs mois en Italie. En 1846, il intégra l’atelier de François-Edouard Picot (1786 – 1868).
Gastine s’illustra dans la peinture ornementale, décorant édifices religieux, monuments publics et hôtels particuliers, comme l’hôtel Galliera dont il peignit le vestibule. Après avoir exécuté des cartons de vitraux pour différentes manufactures, et participé au décor d’une chapelle de l’église Saint-Séverin, on le retrouve en 1856 aux côtés d’Hyppolite Flandrin (1809 – 1864) qu’il assista plusieurs années pour le décor de l’église Saint-Germain-des-Prés.

L’atelier de Gastine fut dispersé en vente peu après sa mort, en 1867. Notre étude vient compléter le corpus de dessins parvenus jusqu’à nous : la plupart sont des études préparatoires pour ses œuvres peintes ou ses cartons de vitraux.
L’artiste a dessiné ici un tigre, félin emblématique de l’Asie. L’animal est représenté de profil, la tête haute, l’allure hiératique. Le pelage rayé est dessiné d’un trait fin et nerveux. Dans l’angle en bas à droite, quelques coups de crayon ébauchent la gueule d’un tigre vu de face.
Si Gastine au cours de ses voyages n’a pas dépassé l’Italie, il a manifesté un intérêt pour l’Orient, comme l’attestent également plusieurs vues d’Egypte et d’Inde, conservées dans sa famille et vendues en avril 2000 (Bourges, Heitz & Darmancier).

Provenance :
-  Belgique, collection particulière
-  Vente de l’atelier Camille-Auguste Gastine, Heitz & Darmancier, expert Mme Chantal KENZEY, Bourges, 1er avril 2000

Charger plus