Jean-Antoine WATTEAU (Valenciennes, 1684 - Nogent-sur-Marne, 1721)

Pour garder l’honneur d’une Belle

19 x 26,5 cm
Circa 1708 Huile sur panneau préparé

Provenance
• Probablement collection Jeanne Baptiste d’Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1670-1736), Paris.
• Sa vente, Paris, 27 mars 1737, comme l’un des « deux tableaux de Gillot ou Vatteau ».
• Probablement collection de Jean-Corneille Landgraff, Paris.
• Sa vente, Paris, maîtres Boileau et Hayot, 21 décembre 1784, lot 25 (vendu pour 402 livres à M. Saubert ou Sobert) : « A. Watteau. Deux Tableaux, représentant des companies d’hommes & de femmes dans des Jardins ; dans l’un on remarque un grouppe (sic) de figures, occupées à faire de la musique ; dans l’autre, pour principal personnage, une jeune Dame & un homme sous un habillement de Pierrot. Ces deux tableaux sont chauds de couleur & gracieux pour leur composition. Sur bois, Haut. 9 pouc., larg. 11 pouces & demi. »
• Probablement collection de M. Saubert ou Sobert, Paris.
• Probablement Anvers, collection particulière.
• Vente Anvers, Raedt, 30 juillet 1812 (Lugt 8233), lot 44 : « Deux petits Tableaux, peints par Watthot, représentant des réjouissances de Carnaval. »
• France, collection particulière.
• Collection Docteur R., Paris.
• Londres, Collection particulière.
• Belgique, collection particulière.

Œuvres en rapport
-  Le personnage de Pierrot est préparé par un dessin du maître à la sanguine (Paris, musée Jacquemart-André, inv. 1592, voir Rosenberg, Pratt, cat. 621). On le retrouve également dans Pierrot débout, un décor peint par Watteau et gravé par Louis Crépy (D.-V. 161).
-  Le chat endormi rappelle le croquis du maître à la pierre noire datée par Rosenberg et Pratt de 1718 environ (Paris, musée du Louvre, inv. 33358 ; Rosenberg et Pratt, cat. 614).
-  La composition fut gravée, dans le bon sens, par Charles-Nicolas Cochin en 1729. Voir aussi le Recueil Julienne  : L’œuvre d’Antoine Watteau peintre du Roy en son Academie Roïale de Peinture et Sculpture gravé d’après ses Tableaux & Desseins originaux tirez du Cabinet du Roy & des plus curieux de l’Europe par les Soins de M. de Jullienne, Paris, s.d. [1735], pl. 19.
-  Le tableau ou sa gravure inspirèrent plusieurs copies postérieures : à l’huile sur bois (22,3 x 32,1 cm, avec le pendant Belles, n’écoutez rien, collection Hans Haler, Locarno, en 1982, avec une signature probablement apocryphe de Gillot ; en contrepartie, 22 x 32 cm, collection Mme Duchamp, Nice, en 1981), à l’huile sur toile (copie du XIXe siècle, 187 x 122 cm, Hôtel de Ville, château de Prayssas, inv. IM47002185 ; copie rognée cit. H. Courteaux-Enault ; 65 x 81 cm, vente Bruxelles Art Auction, 28 octobre 2014, lot 198), en rosaille (ronde, D. 85,1 cm, vente Christie’s South Kensington, Londres, 7 février 1990, lot 214) ; à la sanguine et pierre noire (19,8 x 26,2 cm, musée du Louvre, inv. 33387) ; à la sanguine (22,5 x 28,6 cm, Orléans, musée des Beaux-Arts, inv. 1147c).
-  Quatre personnages furent repris en porcelaine de Meissen (vente Christie’s, Londres, 18 mars 1987).
-  Trois personnages apparaissent dans La Peinture ou Le Singe Peintre, composition connue par une gravure de Desplaces pour le Recueil Julienne (D.-V. 168).
-  Jean-Baptiste Carpeaux dessina Arlequin et Pierrot d’après la gravure (musée du Louvre, inv. RF 29999).
-  La composition fut reprise pour un éventail (Paris, BnF, cabinet des Estampes), une serrure (vers 1730, Paris, musée des Arts Décoratifs, inv. 27443).

Le sujet est tiré de la scène finale (acte III, scène 5) de la comédie de Pierre-François Bianciolelli, Arlequin fille malgré lui, jouée une seule fois à la Foire Saint-Laurent en 1713. Le Docteur arrive sur scène et trouve Colombine en galante conversation avec Léandre. Arlequin, qui avait enlevé son déguisement féminin (dans le panier à gauche) et Pierrot sont à l’arrière-plan.

Les vers qui figurent sous la gravure de Cochin donnent le titre du tableau :

« Pour garder l’honneur d’une belle
Veillez et la nuit et le jour,
Contre les pièges de l’Amour
C’est trop peu de Pierrot pour faire sentinelle. »

Nous remercions MM. Alan Wintermute et Martin Eidelberg d’avoir confirmé l’attribution, après examen, de notre œuvre. Le tableau sera inclus dans le catalogue raisonné de l’artiste en préparation par M. Alain Wintermute et dans le catalogue en ligne de Watteau, A Watteau Abecedario de M. Martin Eidelberg (www.watteau-abecedario.org).

Charger plus