André LHOTE (Bordeaux, 1885 - Paris, 1962)

Femme à sa toilette

39 x 28,8 cm
Circa 1942. Gouache sur papier. Signé en bas à droite

Provenance
• France, collection particulière

Artist, Writer, Critic
L’un des pères fondateurs du cubisme, peintre mais aussi professeur, critique d’art et théoricien, André Lhote compte parmi les figures qui marquèrent la vie artistique de la première moitié du XXe siècle. Originaire d’une modeste famille bordelaise, le jeune homme fit son apprentissage dans un atelier d’ébénisterie, tout en suivant des cours à l’École des Beaux-arts de Bordeaux. À l’âge de vingt-et-un ans, il choisit de se consacrer exclusivement à la peinture. Gauguin fut la première émotion artistique de l’artiste, puis Cézanne une révélation. La rétrospective du maître d’Aix-en-Provence, au Salon d’Automne 1911, entraîna le jeune Lhote dans le cubisme. Il embrassa le mouvement dans une veine personnelle, influencée par la peinture murale autant que par l’art primitif qu’il collectionnait depuis sa jeunesse. Lhote fut un tenant d’un cubisme synthétique aux toiles construites, aux sujets toujours identifiables, assortis de coloris gais.

Associé comme critique d’art à la Nouvelle Revue Française dès sa création, André Lhote entretint jusqu’à sa mort une correspondance avec son directeur Jean Paulhan, devenu un ami. Théoricien exigeant, menant une réflexion en ligne de crête sur la peinture et la place de l’art dans la société, Lhote publia de nombreux ouvrages, d’une plume précise et affutée. L’artiste, qui exposa régulièrement en France et à l’étranger à partir des années 1920, ouvrit en 1922 son premier atelier, rue d’Odessa. Tamara de Lempicka, Henri Cartier-Bresson, Georges Rickey ou encore Aurélie Nemours comptent parmi les élèves qui lui sont redevables. Lhote alterna vie parisienne, voyages et séjours dans le sud de la France : il avait installé à Mirmande (Drôme) son Académie d’été, puis acheté une maison à Gordes, où il retint Chagall au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Notre Œuvre
C’est pendant la guerre que Lhote réalisa notre Femme à sa toilette. Si son travail de paysagiste connut des évolutions successives, ses recherches sur la figure humaine sont caractérisées par une permanence tout au long de sa carrière. Lhote explora exclusivement la figure féminine, dans une quête axée sur la forme. Assise à côté de la table où sont posées une cruche et une vasque, le modèle, penché en avant et les jambes croisées, enlève sa chaussure. « Ce n’est pas dans la mesure où l’objet peint se rapproche de l’objet vivant, mais dans la mesure où il s’en écarte que réside le secret de l’art », écrivait l’artiste, qui a conçu son tableau en une juxtaposition de formes, combinant les droites et les ellipses.

Lhote prônait un art construit et pensé, loin de l’inspiration fugace jugée sans fondement. La composition est parfaitement structurée, soutenue par un système chromatique harmonieux. Lhote manifeste ici ses qualités de coloriste. Il avait pour coutume de réduire sa gamme chromatique, jouant sur l’intensité des valeurs pour moduler la lumière, mais sans jamais chercher le volume, qui comme le modelé, le mouvement ou la perspective, sont bannis de son vocabulaire. Le peintre limite ici sa palette à quelques fondamentales, qu’il décline en valeurs conjointes juxtaposées en aplats. Un rose, teinté d’ocre ou virant au violet, dessine les carnations. Un bleu-gris soutient les ombres, le banc, le mur du fond. Des ocres orangés complètent cette gamme pastel, relevée parcimonieusement de tons vifs – rouge de la veste, bleu d’une ombre dans les cheveux.

« Fraîcheur innocente de ton, jet virginal de la ligne, sont l’apanage du vieil artiste qui peut se permettre cette liberté », écrivait Lhote en 1950 dans son Traité de la figure. Même dans ses sujets les plus sensuels, comme une toilette, le peintre ne cherchait pas à pénétrer la psychologie de son modèle. A l’opposé d’un Picasso, il ne fait pas d’abord de sa Femme à la toilette une expression de désir. Sans se départir d’une silencieuse grâce sensible, notre gouache est avant tout une démonstration de la pureté de ligne, de l’équilibre entre structure et couleur, qui font les chefs d’œuvre formels. L’artiste, qui travaillait volontiers à la gouache, n’établissait pas de hiérarchie entre les différentes versions d’une même œuvre – il pouvait ainsi considérer un dessin plus abouti qu’une huile. Il exécutera une version à l’huile de la Femme à la toilette, dans un format plus grand, mais un cadrage recentré sur la figure. L’œuvre, acquise par l’État en 1943, est aujourd’hui en dépôt au Musée d’Art moderne de Granville.

M.B.

Bibliographie générale (œuvre inédite)
Jean-Roch BOUILLER, Définir et juger l’art moderne : les écrits d’André Lhote (1885-1962), thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2004.
Hélène MOULIN, François FOSSIER, André Lhote, 1885-1962, cat. exp., Musée de Valence, 2003.
Paulhan-Lhote. Correspondance. 1919-1961, Paris, Gallimard, 2009.
André LHOTE, Traités du paysage et de la figure, nouv. éd. augmentée, Paris, Grasset, 1958.

Charger plus